Catégories
#Guérison

Comment penser rend malade

Terrain – film complet parties 1 & 2

Ce sont les pensées qui rendent malades.

Dans cette société matérialiste, on nous enseigne que la pensée, comme tout ce qui touche à l’esprit, « c’est du vent »… puisque ce n’est pas solide.

Pourtant, le vent, associé à d’autres vents, peut devenir un cyclone qui arrache des toitures, transporte des bateaux, des machines agricoles et du bétail sur des kilomètres, dévaste des villages.

Ce sont des « pensées » qui poussent une personne à vivre masquée et se faire injecter une substance expérimentale dont certains lots sont toxiques.

L’opération psychologique (psy-op) qui a effondré l’économie et changé la face du monde, ce n’était que cela : des idées, des souffles d’air qui sortaient de la bouche des journalistes et politiques, jusqu’à produire un ouragan qui a dévasté la vie de centaines de millions de gens.

Ce tour d’illusionniste est expliqué dans Pharmarketing, Pour pas choper le covid long, il faut juste pas être … ? et Covillusion.

La pensée commande aux actions du corps, provoque tension ou relâchement musculaire, accélère ou apaise les battements cardiaques, produit les émotions qui agissent sur l’influx nerveux, active ou inhibe la sécrétion d’hormones, module les ondes qui s’affichent sur un encéphalogramme et les fréquences vibratoires de nos émotions…

Le problème, c’est qu’une personne pense des centaines, des milliers de pensées par jour, par semaine, par mois, et trouver ces idées particulières qui sont la VRAIE cause de sa maladie revient à chercher une aiguille dans une meule de foin.

Le film Terrain met l’accent sur la peur, l’hystérie, comme facteur prédisposant à la maladie.

Cependant, durant cette crise sociale, nous avons vu des millions de gens effrayés : masque, gel désinfectant, frénésie de se « protéger », queues devant les centres de test ou vaccination…

Alors, comment cela se fait-il qu’il n’y ait eu qu’un faible pourcentage de ces gens qui soit tombé malade ?

Évidemment, si l’on injecte des produits toxiques à quelqu’un comme l’ARNm qui provoque une coagulation sanguine anarchique ou des oncogènes qui déclenchent des cancers foudroyants, elle va tomber malade. C’est aussi mécanique que d’avaler du poison.

Mais le terrain, la prédisposition à la maladie, est plus complexe.

Le corps humain est une machine cybernétique, c’est-à-dire qui utilise des processus de commande, communication, contrôle et régulation.

L’organisme comprend 3 systèmes clefs : informatique, électrique et chimique.

L’informatique (pensées, informations)

commande à

l’électrique (nerfs, cortex, ondes cérébrales et cardiaques)

qui contrôle

le chimique (hormones, métabolisme)

La pharmacie tente de réguler le système chimique.

Aucune science officielle ne gère le système électrique (influx nerveux, spinal, cérébral et cardiaque) à part la barbarie des électrochocs ou le redémarrage d’un cœur arrêté par les urgentistes.

Nous voyons actuellement de nouvelles thérapies qui s’y essayent, comme la biorésonance, l’utilisation de certaines fréquences vibratoires pour guérir.

La psychologie (psychanalyse, psychiatrie, etc.) tente de réparer la portion informatique (pensées) sans réel succès.

Si la psychologie était une vraie science, il n’y aurait pas autant de détresse émotionnelle dans notre société : traumatismes, névroses, psychoses, dépressions, suicides, etc.

Nos pensées écrivent les lignes de « code informatique » de nos « logiciels » mentaux, lesquels commandent aux systèmes électriques et chimiques de la machine dont le carburant est un mélange carbone-oxygène.

Il y a deux catégories de pensées-idées-informations : celles que nous émettons et celles que nous recevons de l’environnement.

Lorsque l’ordinateur mental télécharge des informations (idées, pensées) erronées, il bogue.

Quand la quantité de fausses informations dépasse un seuil critique, « l’ordinateur » plante ou subit un crash système qui affecte les circuits électriques de la machine biologique, avec des répercussions sur ses processus chimiques.

Voilà pourquoi ce sont les pensées qui rendent malade.

Ces pensées-informations sont stockées dans les différentes mémoires de la personne (psychiques et cellulaires/génétiques).

Tel un virus informatique dont les lignes de code envahissent le système, les fausses informations produisent des conclusions erronées qui, par réaction en chaîne, en fabriqueront de plus en plus.

Les pensées « négatives » ne sont pas toujours les plus néfastes. Certaines idées, d’apparence anodine, peuvent causer des dégâts psychiques, émotionnels et physiques considérables, car elles provoquent énormément de désordre informationnel selon un effet domino en cascade.

C’est le cas des fausses accusations, reproches injustifiés, fausses raisons données pour un bouleversement ou un problème physique, problèmes psychologiques inventés ou mal définis.

Par exemple, l’injection provoque chez certaines personnes de nouvelles sensations, réactions, phénomènes physiques qu’elles vont attribuer à de fausses raisons (sources, causes).

Ces faux pourquoi vont susciter un désordre informationnel (informatique) qui va faire chuter les fréquences vibratoires des émotions (électrique), générer un stress croissant (tension électrique) pour lequel la victime d’effets indésirables trouvera davantage de fausses raisons (informatique), comme lors d’une réaction en chaîne dans un réacteur nucléaire qui s’emballe.

Ce processus dégénératif explique la dégradation émotionnelle qu’on observe chez certains « vaccinés » : « il n’est plus le/la même », « son caractère a changé », etc.

Lorsque ces désordres mentaux se poursuivent, faute d’être corrigés rapidement, jour après jour, mois après mois, année après année, ils mettent en place des pathologies chroniques incompréhensibles que la personne attribuera à la fatalité ou d’autres fausses raisons, ce qui aggravera la condition, avec des périodes de rémission inexplicables, lorsque son esprit reprend temporairement le chemin de la vérité.

La vérité guérit comme un antivirus désinfecte un ordinateur.

Ceux qui guérissent ont corrigé ces pensées qui les avaient empoisonnés.

Dans un monde gangréné par les fausses sciences, les médias corrompus et les politiques mafieux, garder le cap vers la vérité et rester en bonne santé relève de l’exploit.

Autrefois, j’ai lu un livre dont j’ai oublié le titre mais qui m’avait marqué, écrit par un médecin qui expliquait à ses patients cancéreux, lors de leur première consultation, que s’ils voulaient guérir, ils allaient devoir changer radicalement leur façon de penser.

Vous les « complotistes » qui vous êtes cassé les dents à essayer de faire voir certaines vérités à vos proches, vous savez que c’est mission impossible.

Pourquoi ?

Parce que plus une personne a « téléchargé » de fausses idées, théories, données incorrectes, plus elle est sujette au désordre informationnel.

Paradoxalement, elle sera aussi réfractaire à toute idée nouvelle qui pourrait faire s’effondrer le bazar d’informations incohérentes qui lui sert de mémoire.

On observe ce phénomène chez tous ceux que notre système éducatif corrompu et les médias criminels ont tant gavés de mensonges qu’ils préfèrent mourir des effets indésirables, plutôt que de remettre en question leurs « certitudes » et recourir aux antidotes naturels qui pourraient les sauver.

Alors que leur santé vient d’être détruite par la « seule vraie science », ils restent persuadés que les médecines parallèles sont au mieux inefficaces, au pire dangereuses.


Glossaire

itéré : répété.

génome : Ensemble des gènes portés par les chromosomes de l’espèce.

témoin (science)

Véro (cellule) de Verda Reno, Rein Vert, en référence au singe vert dont les reins sont utilisés pour en extraire les cellules.

homéostatique : qui permet à un être vivant de conserver l’équilibre physiologique à l’intérieur de son organisme malgré des conditions extérieures contraires. Du grec homéo-, même, et -stasis, arrêt. L’homme est homéostatique, quelle que soit la météo, sa température intérieure reste constante à 37°C.

ribosome : organite cytoplasmique assurant le déchiffrage du code inscrit dans les séquences d’ARN messager.

in silico : littéralement (en silice), néologisme d’inspiration latine désignant une recherche ou un essai effectué au moyen de calculs complexes informatisés ou de modèles informatiques.

pléomorphisme : capacité que possèdent certaines bactéries de changer de forme selon leur environnement. Du grec pléio⁠-, ‘plus nombreux’, morpho⁠-, ‘forme’, et -⁠isme, ‘le fait de’.

intrant : données entrantes, destinées à être transformées.

anticorps facilitants : théorie selon laquelle des anticorps non neutralisants laissent entrer les virus au lieu de les attaquer.

HIV

HPV

exosome

SLA


TERRAIN, un film produit par Marcelina Cravat et Andrew Kaufman

Avec le Dr Andrew Kaufman, le Dr Barre Lando, le Dr Stefan Lanka, le Dr Mark McDonald, le Dr Tom Cowan, le Dr Kelly Brogan, le Dr Samantha Bailey, Sayer Ji, Sally Fallon, Peggy Hall, Tony Roman, Alphonso Faggiolo et Veda Austin.

Sous-titres par https://cv19.fr
Bande annonce
Pack flyers A4 : Flyers Terrain Le Film
Pour soutenir le projet et en savoir plus :
https://terrainthefilm.com/

Une réponse sur « Comment penser rend malade »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s