Catégories
#Extermination

Am stram gram, pique et pique et c’est le drame

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

J’en ai fait l’expérience durant plus de 30 années de pratique où j’ai vu ce phénomène se produire et se reproduire, encore, encore et encore, avec la constance d’une loi universelle, invariable, qui n’admet aucune exception.

Si vous deviez ne retenir qu’une seule information sur les centaines d’articles et vidéos publiés sur ce blog, ce devrait être celle-ci…

La principale cause des maladies, de TOUTES les maladies, ce sont les questions auxquelles de fausses réponses ont été apportées, ou des questions pour lesquelles aucune réponse n’a été donnée.

L’expliquer en détail nécessiterait un ouvrage de 600 pages, mais je peux en résumer les principes fondamentaux.

L’assemblage corps-esprit, cette machine complexe, comprend une part informatique et cybernétique, c’est-à-dire qui met en jeu des systèmes de communication. Dans ces systèmes, les impulsions bioélectriques (influx nerveux) commandent aux muscles et aux organes en fonction des informations (données) reçues par les capteurs sensoriels, lesquels sont ensuite traités par le processeur (conscience).

Traduction simplifiée : le psychologique (la partie « informatique », qui gère l’information) interagit fortement avec le physique. En fait, il commande au physique.

Exemple : si on vous communique une information inquiétante, les battements de votre cœur vont s’accélérer, les glandes vont secréter de l’adrénaline… Si on vous décrit un plat savoureux que vous aimez, vous saliverez, quand bien même aucun aliment ni odeur ne sont présents.

Les informations ou désordres informationnels générateurs de maladie, souvent subtils, ont à voir avec des sujets qui touchent la personne, sa personnalité, ses émotions, son sentiment de valeur personnelle ou son absence, sa confiance en soi ou son manque…

Dans le cas d’une pathologie temporaire, il peut être facile de retrouver le bug informationnel générateur de stress et de le corriger.

Lorsqu’on a affaire à une maladie chronique ou cyclique, c’est plus compliqué, car il y a une accumulation du désordre informationnel. Davantage de fausses réponses, points de vue erronés, en génèrent d’autres qui en causent d’autres à leur tour, à la façon d’un virus informatique qui provoquera plus de dégâts dans le système d’exploitation proportionnellement à la durée de temps où il n’a pas été décelé ni réparé.

Plus le temps a passé, plus la pathologie est constituée de couches multiples enchevêtrées.

J’ai aussi observé ce phénomène en communiquant avec des victimes d’effets secondaires, ces « maladies » causées par ce « vaccin ».

Tandis que je leur suggérais les solutions préconisées par des médecins ou naturopathes, glutathion, chélateurs pour éliminer les métaux lourds et le graphène, CDS (dioxyde de chlore), minéraux, vitamines, etc., je me suis aperçu que ce n’était pas leur priorité.

Ce qui, au vu de l’état physique de certaines personnes, était plutôt étrange.

Leur attention était focalisée sur un besoin de répondre aux questions qu’elles se posaient, que ce soit pour elles-mêmes ou leurs proches.

Cela m’a fait comprendre que la première toxicité de ce vaccin, c’était le désordre de réactions, sensations, phénomènes somatiques aléatoires qui poussaient la personne à s’interroger sur leur cause sans trouver les vraies réponses, en accumulant des conclusions erronées qui en produisaient d’autres selon un phénomène de réaction en chaîne.

« Qu’est-ce qui m’arrive ? »

« Pourquoi ? »

« Est-ce que c’est ci, est-ce que c’est ça ou bien plutôt autre chose, à moins que ça soit cette pathologie latente que j’avais pourtant cru guérie… ? Etc., etc. »

Cette introversion (introspection, ruminations, réflexion) était amplifiée par les médecins, soignants, vers lesquels la victime d’effets indésirables se tournait pour avoir des réponses, car ils fournissaient des fausses réponses supplémentaires, mentaient pour se déresponsabiliser ou se soumettre aux directives et décharges de responsabilité qu’ils avaient signées, accusant un stress inexistant avant l’injection, ou en tout cas bien moindre.

Sans parler de ceux qui leur répondaient de façon grossière, méprisante, parfois injurieuse.

Pour en revenir aux désordres informationnels, ils sont aussi la cause du « stress », des dépressions, insomnies, etc.

Les personnes dites « toxiques » rendent leur entourage malade, car leurs communications génèrent en permanence des désordres informationnels chez les autres. Ce sont des « usines à mensonges ».

La vérité est vitale, cruciale, pour le bien-être psychique et physique.

Tandis que des psychopathes s’acharnent à détruire la santé et le moral de la population, et puisque les médecins (à de rares exceptions près) trahissent leur mission sacrée de soulager la souffrance ; en attendant que cette guerre finisse, ceux qui le peuvent vont devoir, à l’instar des infirmiers ou infirmières bénévoles sur les champs de bataille, courir en direction des appels.

Un dernier point : la jeune infirmière en tenue bleu marine, que l’on voit s’écrouler dans la vidéo suite à son injection, s’appelait Tiffany Dover Pontes. Vous trouverez toutes les informations la concernant dans l’article Le vaccin de la peur.

Une réponse sur « Am stram gram, pique et pique et c’est le drame »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s