Catégories
#Extermination

La mort aura toujours le dernier mot

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

L’obsession à avoir raison est une caractéristique typique de l’homo sapiens névrotique.

Je viens de voir, sur Le Libre Penseur, une internaute mettre en doute les paroles de l’infirmière qui explique la situation dramatique juste devant l’hôpital de Lyon, face au personnel soignant de ce même hôpital.

Commentaire de cette internaute qui a probablement obtenu son  BFM (Brevet de Fumisterie Médicale) devant la télé : « Euh… C’est à elle de démontrer qu’elle dit vrai, vu qu’elle dérange le postulat dominant. »

La remarque de cette « experte » était assortie d’un argument selon lequel, puisqu’il y avait des variants Delta, Epsilon, Zeta, Eta, Thêta, Ioda, Vera, Etcœtera, c’était normal qu’il « n’y ait plus de Covid ».

C’est triste à dire, mais la mort joue en notre faveur…

Aussi bien contre les criminels médiatiques et politiques de la dictature sanitaire que contre les moutons covidistes qui soutiennent les médecins faisant des expérimentations humaines au vu et au su de tous, en violation du Code de Nuremberg.

CODE DE NUREMBERG

(Règles définissant les expériences médicales acceptables)

1. Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne concernée doit avoir la capacité légale de consentir ; qu’elle doit être placée en situation d’exercer un libre pouvoir de choix, sans intervention de quelque élément de force, de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes sournoises de contrainte ou de coercition ; et qu’elle doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes de ce que cela implique, de façon à lui permettre de prendre une décision éclairée. Ce dernier point demande que, avant d’accepter une décision positive par le sujet d’expérience, il lui soit fait connaître : la nature, la durée, et le but de l’expérience ; les méthodes et moyens par lesquels elle sera conduite ; tous les désagréments et risques qui peuvent être raisonnablement envisagés ; et les conséquences pour sa santé ou sa personne, qui pourraient possiblement advenir du fait de sa participation à l’expérience. L’obligation et la responsabilité d’apprécier la qualité du consentement incombent à chaque personne qui prend l’initiative de, dirige ou travaille à l’expérience. Il s’agit d’une obligation et d’une responsabilité personnelles qui ne peuvent pas être déléguées impunément ;

2. L’expérience doit être telle qu’elle produise des résultats avantageux pour le bien de la société, impossibles à obtenir par d’autres méthodes ou moyens d’étude, et pas aléatoires ou superflus par nature ;

3. L’expérience doit être construite et fondée de façon telle sur les résultats de l’expérimentation animale et de la connaissance de l’histoire naturelle de la maladie ou autre problème à l’étude, que les résultats attendus justifient la réalisation de l’expérience ;

4. L’expérience doit être conduite de façon telle que soient évitées toute souffrance et toute atteinte, physiques et mentales, non nécessaires ;

5. Aucune expérience ne doit être conduite lorsqu’il y a une raison a priori de croire que la mort ou des blessures invalidantes surviendront ; sauf, peut-être, dans ces expériences où les médecins expérimentateurs servent aussi de sujets ;

6. Le niveau des risques devant être pris ne doit jamais excéder celui de l’importance humanitaire du problème que doit résoudre l’expérience ;

7. Les dispositions doivent être prises et les moyens fournis pour protéger le sujet d’expérience contre les éventualités, même ténues, de blessure, infirmité ou décès ;

8. Les expériences ne doivent être pratiquées que par des personnes scientifiquement qualifiées. Le plus haut degré de compétence professionnelle doit être exigé tout au long de l’expérience, de tous ceux qui la dirigent ou y participent ;

9. Dans le déroulement de l’expérience, le sujet humain doit être libre de mettre un terme à l’expérience s’il a atteint l’état physique ou mental dans lequel la continuation de l’expérience lui semble impossible ;

10. Dans le déroulement de l’expérience, le scientifique qui en a la charge doit être prêt à l’interrompre à tout moment, s’il a été conduit à croire — dans l’exercice de la bonne foi, de la compétence du plus haut niveau et du jugement prudent qui sont requis de lui — qu’une continuation de l’expérience pourrait entraîner des blessures, l’invalidité ou la mort pour le sujet d’expérience.

Maintenant que vous avez pris connaissance des règles qui régissent les expériences médicales acceptables définies par le tribunal international de Nuremberg, passez en revue les innombrables cas de décès et lésions provoqués par cette expérimentation médicale baptisée frauduleusement « vaccination » (voir LE GRAND RÉVEIL… PAR LA DOULEUR – GÉNOCIDE EN COURS).

4 réponses sur « La mort aura toujours le dernier mot »

***FLASH INFO***Je viens de rajouter une nouvelle vidéo à l'article LE GRAND RÉVEIL… PAR LA DOULEUR, le témoignage d'un magnétiseur bouleversé par l'état catastrophique de patients vaccinés.L'hécatombe que les lanceurs d'alerte annoncent depuis des mois est en train de prendre de l'ampleur et de la vitesse.Vous pouvez arrêter de vous soucier du pass et de la dictature sanitaires.Voici le génocide vaccinal qui, tel un tsunami, va tout balayer sur son passage.D'ici l'automne, il va y avoir une telle quantité de morts, estropiés, malades, invalides, gens à la santé détruite, que plus personne, pas même les médias, ne pourront l'ignorer.

J’aime

Répondre à Anonyme Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s