Catégories
#Invasion

Le plan des kleptocrates

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Cette vidéo a été hackée [piratée] sur le portable d’Hunter Biden, fils de Joe Biden, le candidat démocrate qui vient d’annuler tous ses rassemblements de campagne électorale depuis qu’un grand nombre de fichiers (images et vidéos) compromettants se sont répandus sur le Web, telle une fosse septique qui déborde.

En fait, la vidéo ci-dessus était suivie d’une longue partie de jambes en l’air d’Hunter Biden avec une prostituée chinoise. L’expression « jambes en l’air » est plus qu’appropriée, puisque la fille de misère, souvent appelée à tort « fille de joie », s’efforce de satisfaire Biden fils avec ses pieds.

Certains essayent de défendre ou de justifier ce soi-disant « plus vieux métier du monde », alors que la plupart du temps, ces pauvres filles sont brutalisées par leur « souteneur », on devrait plutôt dire « esclavagiste », ou rendues accros à des drogues dures, quand elles n’ont pas initialement été kidnappées, violées à la chaîne jusqu’à ce qu’elles se soumettent à la volonté de leur maître.

Si vous voulez vous débarrasser de l’image hypocrite que nous présentent certains médias ou artistes,  qui ne font que justifier leur complicité dans ce trafic inhumain, regardez le clip Combattez le silence.

Pour en revenir à la vidéo, j’ai coupé l’enregistrement complet d’Hunter Biden, qui semblait mettre sur un pied d’égalité la destruction du monde et le plaisir sexuel, pour en faire deux vidéos distinctes.

Cette vidéo du militaire chinois a déjà été mise en lien dans l’article précédent, mais ici, j’aimerais attirer votre attention sur quelques points intrigants.

D’abord, BGY, acronyme mystérieux de BlackRock Enhanced International Dividend Trust. Voulant savoir qui étaient les propriétaires de cette pieuvre financière, j’ai fait une recherche pour trouver les actionnaires majoritaires de cette compagnie. Pas son PDG Larry Fink qui n’est bien sûr qu’un manager pour le compte des vrais patrons. Je n’ai pas encore trouvé et je doute même que ce soit possible sur Internet. Pour un secret aussi bien gardé, il faudrait aller sur le terrain. Je ne suis qu’un digital soldier [soldat numérique], pas un reporter d’investigation.

Aujourd’hui, beaucoup ont des opinions sur « les plus grandes fortunes » du monde, mais je doute que ces gens communiquent de façon transparente sur leur richesse ou fournissent des relevés de compte bancaires, sachant que dans les sphères de la haute finance, les fonds se perdent dans une myriade de prête-noms, sociétés-écrans, groupes d’investissements, trusts contournant les lois antitrust, etc.

BlackRock qui, allez savoir pourquoi, me fait penser à Rockefeller, se traduit par « RocherNoir », pas une image rassurante. Surtout quand on sait que BlackRock a été créé grâce au soutien d’une autre firme de gestion des capitaux privés, Blackstone [Pierrenoire]. Ce qui se cache derrière l’appellation est tout aussi inquiétant, comme en témoigne cet extrait du média Occupy.com – Dévoiler BlackRock : Qui a peur de Laurence Fink et de son institution surpuissante ?(sauvegardé ici en PDF).

Spécifiquement, BlackRock est l’un des plus grands actionnaires dans toutes les banques US majeures, ce qui inclut JP Morgan Chase, Citigroup, Bank of America, Goldman Sachs, Morgan Stanley, et Wells Fargo.

Pour ce qui est des corporations les plus connues et les plus rentables, BlackRock est l’un des plus importants actionnaires de Walmart, General Electric, General Motors, Ford, AT&T, Verizon, Google, Apple, Exxon Mobil et Chevron.

Les autres avoirs de BlackRock incluent Microsoft, Johnson & Johnson, Amazon, Facebook, Berkshire Hathaway, Gilead Sciences, Pfizer, Procter & Gamble, Merck, Intel, Coca-Cola, Walt Disney Company, Home Depot, Philip Morris, VISA, McDonald’s, Cisco Systems, PepsiCo, IBM, Oracle, Comcast, Lockheed Martin, MasterCard, Starbucks, Boeing et ConocoPhillips, en même temps que des milliers d’autres marques de moindre importance.

Mais en dépit de sa taille et de son influence, BlackRock reste virtuellement à l’abri des lois  en tant que firme de gestion des avoirs. À la différence d’une banque, les firmes de gestion d’avoirs ne gèrent pas et n’investissent pas leur propre argent, mais elles le font pour le compte de nombreux clients. Dans le cas de BlackRock, ces clients se présentent sous la forme de banques, corporations, compagnies d’assurance, fonds de pension, fonds de richesse autonomes, banques centrales et fondations. Gerald Davis, professeur de gestion et d’organisation à l’université du Michigan, a décrit BlackRock comme « le géant silencieux » que peu connaissent, mais qui est « incroyablement puissant ».

Le pouvoir de la compagnie ne s’exprime pas seulement du fait de ses capitaux propres (actions) et  titres (possession des dettes), mais par son rôle en tant que conseiller des gouvernements et institutions. …

D’après le magazine Vanity Fair, l’une des phrases favorites de son CEO [Chief Executive Officer, Directeur Général] Fink, qu’il insère dans la conversation courante, c’est : « Comme j’ai dit à Washington… ».

Il est amusant de voir comment cette firme possède aussi bien Apple que son « concurrent » Microsoft,  mais aussi IBM, CocaCola et Pepsi, VISA et MasterCard, sans compter Google, Amazon, Facebook, Walt Disney qui possède aussi Marvel, etc. etc.

Et derrière tout ça, les propriétaires sont « des actionnaires », histoire de noyer les gros poissons au milieu des petits qui mangent leurs miettes, avant de se faire manger à leur tour quand ces gros poissons, véritables requins, ont un petit creux.

Voilà pourquoi il est difficile de savoir qui possède quelles actions de qui, quels pourcentages, quels contrats signés, quels sont les intermédiaires qui servent d’agents, comme ces « patrons » d’entreprise qui sont les marionnettes, mais aussi les paravents des actionnaires majoritaires qui tirent les ficelles, tapis dans un recoin sombre de cette toile complexe qu’est la finance mondiale.

Tout comme Bill Gates, George Soros et tous les autres CEO de grande entreprise, Larry Fink, monsieur « J’ai-dit-à-Washington », reçoit probablement ses instructions de quelqu’un d’autre qui, si jamais le résultat de ces « conseils » s’avérait désastreux, ne serait jamais inquiété, ni par les médias ni par la justice.

Maintenant, pour en revenir à la vidéo ci-dessus, vous vous souvenez que notre stratège chinois parle du plan 3F des kleptocrates pour détruire l’Amérique, « Fomenter la faiblesse, Fomenter le chaos, Fomenter la destruction ». Bizarrement, ces 3F me font penser aux fusillades, incendies multiples, émeutes Antifas ou BLM et bien sûr le plandémie à confinements répétés.

Un abonné de ma chaîne m’a fait intelligemment remarquer que « F » était la sixième lettre de l’alphabet, ce qui fait que le plan 3F devient le plan 666.

RocherNoir, Pierrenoire, 666… bonjour l’ambiance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s