Catégories
#Invasion

Pandémie ratée… plan B, guerre civile et plus si affinités

Voici des extraits de la page Wikipédia  Traite arabe :

La traite orientale

La traite orientale ou Arabe musulmane utilisait les voies commerciales des empires arabe puis ottoman : traversée du Sahara, de la Méditerranée, de la mer Noire, de la mer Rouge. Elle approvisionnait leurs principaux marchés aux esclaves, dans les grandes villes d’Afrique du Nord et de la péninsule arabique, puis de Turquie. Se déroulant en partie sur le continent, la traite orientale était moins visible, car le voyage maritime moins ostensible.Au Moyen Âge, une partie des esclaves terminaient leurs périples en Europe du Sud, en partie sous contrôle musulman : la péninsule Ibérique avec l’Al-Andalus jusqu’au XVe siècle, la Sicile jusqu’au XI e siècle, les Balkans à compter du milieu du XIVe siècle avec les Ottomans. [… … …]La traite orientale reste la plus longue et la plus régulière des trois traites [orientale, occidentale, intra-Africaine], ce qui explique qu’elle ait globalement été la plus importante en nombre d’individus asservis : 17 millions de Noirs selon l’historien spécialiste des traites négrières Olivier Pétré-Grenouilleau, du VIIe siècle à 1920. [… … …]

La traite intra-africaine ou interne

La traite intra-africaine remonte au moins au XIe siècle…La part de la traite intra-africaine dans l’ensemble de la traite a fortement progressé au XIXe siècle, selon le sociologue Peter Manning. Avant 1850, seulement un tiers des captifs africains restaient sur place. Puis entre 1850 et 1880, leur nombre devint supérieur à ceux exportés par les traites occidentales et orientales. Après 1880, les interdictions de traite transatlantique commencèrent à produire leurs effets et la quasi-totalité des captifs resta sur place. Manning estime à 14 millions le nombre d’esclaves restant sur place, soit l’équivalent de la moitié des captifs exportés par les traites occidentales et orientales. [… … …]

Quant à l’historien Serge Daget, voici ses estimations en 1990 : traite atlantique : 11,7 millions ;
traite trans-saharienne : 7,4 millions ;
traite orientale : 4,28 millions.

En conclusion, on peut voir que le nombre d’Africains réduits en esclavage par les Africains et Nord-Africains est supérieur au chiffre de l’esclavage pratiqué par les blancs occidentaux.

Et voici quelques extraits de la page Wikipédia Esclavage :

L’esclavage n’étant pas prohibé par l’islam, les pays musulmans hésitèrent encore plus que les Européens à l’abolir : Albert Londres, dans Pêcheurs de perles, signale du trafic régulier d’esclaves en Arabie en 1925. [… … …]

L’Arabie saoudite n’a aboli l’esclavage qu’en 1962, comme son voisin le Yémen. L’un de ses autres voisins, le Sultanat d’Oman, ne le fera qu’en 1970. [… … …]

L’abolition de l’esclavage en Tunisie a commencé par la libération des esclaves blancs sous la pression des pays européens, au début du XIXe siècle. [… … …]

Selon les chiffres de l’Indice mondial de l’esclavage (Global Slavery Index 2014), élaboré par la fondation Walk Free [Marche Libre], une ONG internationale ayant son siège social à Perth (Australie), le monde comptait en 2014 près de 36 millions de personnes prisonnières d’une forme ou d’une autre d’esclavage moderne (ce chiffre s’élève en 2019 à 40 millions selon l’Organisation Internationale du Travail [OIT] et la Rapporteuse spéciale sur les nouvelles formes d’esclavage) : travail forcé, traite d’êtres humains, servitude pour dettes, mariage forcé et exploitation sexuelle. Tous les 167 pays étudiés compteraient des esclaves au sens moderne du terme. Les deux continents comptant le plus d’esclaves seraient l’Asie et l’Afrique : l’Inde (14,3 millions de victimes de l’esclavage), la Chine (3,2 millions), le Pakistan (2,1 millions), l’Ouzbékistan (1,2 million), la Russie (1,1 million) ; puis le Nigeria, la République démocratique du Congo, l’Indonésie, le Bangladesh et la Thaïlande. En pourcentage de la population, les pays comptant le plus d’esclaves seraient la Mauritanie (4 % ; l’esclavage y est héréditaire, les Maures noirs étant esclaves des Maures blancs de génération en génération), l’Ouzbékistan (3,97 %), Haïti, le Qatar, l’Inde, le Pakistan, la République démocratique du Congo, le Soudan, la Syrie, et la Centrafrique.

Cette page d’histoire refermée, revenons dans le présent pour assister à un évènement peu ordinaire, un rituel étonnant où l’on voit des blancs faire pénitence pour expier leur honteuse « blanchitude » d’esclavagiste raciste, oppresseur de noirs.

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Un couple de libéraux [démocrates] blancs embrasse les bottes de militants du Black Power.

Arrêtez de vous pincer, vous ne rêvez pas.

Sachant ce qui précède sur l’esclavage, les militants noirs comptent-ils aussi aller dans les quartiers à forte majorité arabe ou islamique pour leur demander de faire la danse de la serpillière ?

Nous sommes entrés dans une nouvelle phase du plan anti-Trump.

L’objectif est de provoquer une guerre civile aux États-Unis et de soutenir politiquement les émeutiers démocrates depuis les pays occidentaux comme la France.

Q nous l’avait expliqué dans la première vidéo du mouvement QAnon, Le plan pour sauver le monde. Les patriotes, membres d’agences de renseignement militaire américain, s’étaient demandé, avant les élections de 2016, si la seule solution pour éviter que la sociopathe Hillary ne remporte les élections, ce n’était pas un coup d’État.

Comme cela aurait pu déclencher une guerre civile, les patriotes optèrent pour LE PLAN, une stratégie patiente, subtile, complexe, de longue durée, basée sur la guerre de l’information, laquelle est la raison d’être de ce blog.

Quoi qu’en disent les médias payés par les lobbies mondialistes, Trump est le président américain le plus pacifiste des dernières décennies…

Ronald Reagan (20 janv. 1981 – 20 janv. 1989)

1981, Engagement du Golfe de Syrte.

1982–1989, Intervention multinationale au Liban.

1983, Invasion de la Grenade.

1986, Bombardement de la Libye.

1987-1988, Guerre des Tankers.

1989, Second Incident du Golfe de Syrte.

1989, Bataille aérienne de Tobruk

George H. W. Bush (20 janv. 1989 – 20 janv. 1993)

1989–1990, Invasion du Panama.

1990–1991, Guerre du Golfe.

1991–2003, Opérations d’interdiction de survol de l’Iraq.

1992–2003, Première intervention US dans la Guerre civile en Somali.

1992-1995, Guerre de Bosnie-Herzégovine.

Bill Clinton (20 janv. 1993 – 20 janv. 2001)

1994–1995, Intervention militaire en Haïti.

1998–1999, Guerre du Kosovo.

1998, Opération Infinite Reach.

George W. Bush (20 janv. 2001 – 20 janv. 2009)

2001-présent, Guerre en Afghanistan

2003, Invasion de l’Iraq.

2003–2011, Guerre d’Iraq.

2004–présent, Conflit armé du Nord-Ouest du Pakistan.

2007–présent, Seconde intervention US dans la Guerre civile en Somali.

Barack Hussein Obama (20 janv. 2001 – 20 janv. 2009)

2009–2016, Opération Ocean Shield.

2011, Intervention internationale en Libye.

2011–2017, Opération Observant Compass.

2014–présent, Intervention dirigée par les Américains en Iraq.

2014–présent, Intervention dirigée par les Américains en Syrie.

2016–présent, Guerre du Yémen.

2016–présent, Intervention américaine en Syrie.

Donald Trump (20 janv. 2017 – …)

2018, bombardement des installations d’armes chimique de l’État Islamique.

Voilà pour la « guerre ».

Par contre, pour la paix, en 2018, Trump a fait retirer les troupes américaine de Syrie, malgré les protestations de ses opposants et des médias.

En 2019, il signe un accord de paix avec les Talibans, incluant un plan de retrait des troupes américaines d’Afghanistan.

Actuellement, Trump s’efforce de retirer les troupes américaines d’Afghanistan contre l’avis des démocrates. En 2019, des contingents ont été renvoyés en Afghanistan à mesure que Trump les faisait rentrer au pays.

Depuis la bavure où un policier blanc a tué un délinquant noir lors d’une arrestation suspecte, ses opposants politiques font tout pour déclencher une guerre civile sur le territoire américain, avec la complicité des gouverneurs démocrates.

Pourquoi arrestation suspecte ?

Parce que les trois policiers qui entouraient l’assassin de George Floyd ont permis aux passants de filmer l’étranglement en direct avec leurs smartphones pendant 8 minutes et 46 secondes.

Lors d’une interpellation, aux États-Unis comme en France, les policiers éloignent les témoins et leur interdisent de filmer les interventions.

Les patriotes déplorent souvent la stupidité des démocrates, libéraux, mondialistes, BLM, Antifas, pédo-satanistes, pro-dictature sanitaire, anti-Trump et autres socio-criminels… mais leur handicap mental est une bénédiction. Il est la garantie que le bien triomphera du mal.

Ici, dans cette dernière vidéo, on voit le rappeur Raz Simone qui distribue des fusils d’assaut AR-15 aux manifestants « pacifiques » qui ont pris le contrôle de la Zone Autonome  de Capitol Hill.

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Trump est en train de rapatrier 57 000 soldats basés en Allemagne.

Si les émeutiers Black Lives Matter et antifas, poussés par les démocrates, déclenchent une guerre civile sur le sol américain, Trump et les patriotes vont se retenir d’intervenir jusqu’à ce que la majorité du peuple américain réclame à cor et à cri d’envoyer l’armée dans les zones de conflit.

C’est déjà ce qu’il fait, se retenir, alors que les émeutiers pillent, brûlent des magasins, des maisons, des immeubles, blessent ou tuent des civils, particulièrement dans les quartiers noirs (voir article Être ou ne pas être une bonne personne).

Ces pillages, incendies, agressions et meurtres commis par les « manifestants », feront paraître les soldats américains comme des sauveurs.

Maintenant, analysons les forces en présence…

D’un côté des démocrates pédo-satanistes, dépourvus du moindre sens éthique, partisans de l’immoralité et de la paresse, avec en guise d’armée, des racailles défoncées à toutes les substances illicites qu’on trouve dans la rue, armées de fusils, de pistolets et de battes de base-ball.

De l’autre côté, un président courageux, droit, avec des valeurs morales, qui a su se construire une fortune grâce à son intelligence et son labeur, entouré de la fine fleur du renseignement militaire, notamment des généraux qui sont des stratèges hors pair et qui ont sous leurs ordres l’une des armées les plus puissantes au monde.

En plus, si les antifas et Black Lives Matter entament une guerre civile, Trump disposera de pouvoirs d’exception, aussi bien militaires que juridiques, encore plus étendus que ceux qui lui ont été accordés par la crise sanitaire.

Si le machiavélisme des démocrates aboutit et qu’ils déclenchent un conflit armé frontal, ils auront activé eux-mêmes le plan auquel Q et les patriotes avaient renoncé, pour éviter des souffrances au peuple américain.

Notez que pour ce plan, appelons-le l’Opération Storm, je n’ai pas parlé de Trump.

Parce que Trump, c’était l’autre plan, la solution pacifique.

Si l’armée prend la relève, en accord avec la loi et la Constitution à cause d’une situation de guerre sur le territoire, les démocrates et leurs complices seront balayés comme des fétus de paille sous les chenilles d’un tank.

Voilà pourquoi je parlais de bêtise.

Mais ils ne sont pas juste bêtes, ils sont aussi très méchants.

Il y a environ deux semaines, une étrange activité aérienne a été repérée aux alentours de Washington, dans la zone des manifestations et des émeutes.

D’abord, je suis tombé sur le compte Tweeter d’un membre des forces spéciales qui signalait les rondes de surveillance d’un hélicoptère spécial entre Washington et la Caroline du Nord, le Sniffer, appareil de détection de matériaux radioactifs.

5e942-tweet2btalk2bsniffer2bfull
La Somme de Toutes les Peurs, est un roman d’espionnage de Tom Clancy sur une alerte à la bombe nucléaire.

MilSpecOpsMonkey a posté le trajet de l’hélicoptère, de Washington D.C. à la Caroline du Nord.

Ce soldat donne aussi l’adresse d’un site qui traite de matériel militaire, sur lequel il y avait cet article décrivant la mission de l’hélicoptère Sniffer :

Un hélicoptère de Détection Nucléaire Effectue une Mission de Surveillance Aérienne Autour de Washington D.C.

Des rapports d’étranges activités aériennes dans les environs de Washington D.C. continuent de nous parvenir au cœur des mesures prises dans la capitale face aux manifestations et émeutes qui ont fait suite à l’assassinat du résident de Minneapolis, George Floyd, la semaine dernière. Un peu plus tôt aujourd’hui, un hélicoptère du Département de l’Énergie, équipé d’un système spécifique pour mesurer et cartographier les niveaux de radiation, a fait un vol autour d’un périmètre plus large que la zone du District de Columbia. On ne sait pas si le vol était lié d’une quelconque façon aux manifestations en cours ou si c’était juste une surveillance de routine.

L’hélicoptère en question, un Bell 412 qui porte le numéro d’immatriculation N411DE, est l’un des deux appareils qui font partie du Système de Mesure Aérien (AMS) qui inclut aussi  plusieurs avions bimoteur Beechcraft King Air, l’Agence Nationale pour la Sécurité Nucléaire (NNSA). La division du Département de l’Énergie responsable de surveiller l’élaboration et la construction d’armes nucléaires gère le programme AMS au moyen de ses Laboratoires de Détection à Distance. Des sections de l’AMS sont basées à Joint Base Andrews, juste à l’extérieur de Washington D.C. à Nellis Air Force Base, près de Las Vegas dans le Nevada.

Nul doute que les Clinton, Obama et consorts n’hésiteraient pas à atomiser Washington pour se débarrasser de Trump, si ça leur permettait d »échapper à leur procès et leur condamnation plus que certaine, en tuant tous ces manifestants BLM et Antifas qu’ils utilisent comme des pions jetables, sans compter la population dans cette ville et ses environs.

D’ailleurs, avez-vous vu que les interrogatoires d’Hillary Clinton ont commencé ?

Et cette expérience sociale démente, cette Zone Autonome  de Capitol Hill, avec son symbole Bisounours LGBT, un parapluie rose, tandis que les gangs préparent la guérilla avec des fusils d’assaut AR-15.

Ce n’est plus la réalité, c’est un film entre Pulp Fiction, Des Hommes d’Influence et Idiocracy.

Finalement, je comprends pourquoi on nous traite de conspirationnistes… Qui peut croire une histoire aussi démente ?

Une réponse sur « Pandémie ratée… plan B, guerre civile et plus si affinités »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s