Catégories
#Sexploitation

Quand le monde devient un rituel masqué

La photo ci-dessus est tirée du film de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut [Les Yeux Grand Fermés]. Stanley Kubrick y fait référence aux sociétés secrètes comme les illuminatis.

Dans un interview de juin 2017, l’actrice Nicole Kidman disait que Kubrick lui avait avoué que les pédophiles dirigeaient le monde.

Tirez-en les conclusions que vous voulez, mais Stanley Kubrick est mort durant la post-production de ce film.

Beaucoup des personnes qui nous dirigent ou qui occupent des positions élevées dans le monde, ceux que nous appelons « l’élite », alors qu’ils sont plutôt la lie de l’humanité, ont été enrôlées dans des sectes, des sociétés secrètes où on leur demande, comme l’explique dans cette vidéo Ronald Bernard, ex-illuminati devenu lanceur d’alerte, de « mettre leur conscience au congélateur ».

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

En échange d’avoir « vendu leur âme au diable », il leur est accordé richesse et célébrité.

Ça paraît impossible… on se croirait dans un mauvais film fantastique, mais quand on est assez consciencieux, méthodique et persistant pour faire de vraies recherches, approfondies, méticuleuses, exigeantes, en comparant les sources pour trier le vrai du faux, on découvre que ce scénario démentiel n’est pas une « théorie du complot », mais un ensemble de faits prouvés, vérifiés, confirmés par des agents du FBI ou de Scotland Yard, des juges du Département de la Justice américaine, ou des associations de protection de l’enfance, spécialisées dans la chasse aux pédophiles.

Lire l’anglais multiplie la quantité de données accessibles par 10. J’ai d’ailleurs remarqué que la majorité de ceux qui traitent les autres de complotistes ne comprennent pas l’anglais.

Comme preuve de ces contrats bizarres, passés « avec le diable », il y a ce documentaire sur Johnny Hallyday.

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Bob Dylan parle du même pacte.

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Une chose est sûre, « le diable » a honoré sa part du marché, si l’on regarde la carrière de ces deux monstres sacrés, ou « damnés ».

Aujourd’hui, les artistes qui exhibent des symboles sataniques sur scène, sur leurs photos ou pochettes de disque sont, passez-moi l’expression, légion.

Depuis les années 60, ces stars ont remporté un succès d’enfer : Beatles, Rolling Stones, Jimi Hendrix, Elton John, AC/DC, Kiss, Madonna, Miley Cyrus, Justin Bieber, Oprah Winfrey, Katy Perry, Jay-Z, Dr. Dre, Snoop Dog, Pharrel Williams, Eminem, Marilyn Manson, Johnny Depp, Anthony Kiedis, Beyoncé, Courtney Love, Marina Abramović, Jennifer Lopez, Avril Lavigne, Rihanna, etc., etc.

Et si certains de ces noms ne vous disent rien, ils ont tous une page qui leur est consacrée dans l’encyclopédie Wikipédia.

Quel rapport avec le masque ?

Si l’on se réfère au film du Stanley Kubrick, on peut voir que le masque est un symbole de non-communication, de parole muselée.

C’est une version du symbole maçonnique-illuminati du secret.

Lorsque vous voyez des stars, de la musique ou du cinéma, faire le signe du secret, quand elles mettent un doigt sur les lèvres, comme pour dire « chut ! silence ! », c’est de ce symbole qu’il s’agit. Certaines se sont même fait tatouée l’onomatopée « Shhh » sur l’index, comme on le voit sur plusieurs photos.

Les  photos de célébrités faisant ce signe sont trop nombreuses pour être une coïncidence.

Que ces gens adhèrent à de telles pratiques occultes peut paraître étrange, mais regardez le sérieux avec lequel des artistes qui paraissent sensés, comme Johnny Hallyday et Bob Dylan, avouent qu’ils croient au diable.

Comment, à notre époque moderne, des gens capables de gérer une carrière aussi remarquable, peuvent-ils adhérer à des croyances quasi médiévales ?

J’ai une théorie…

Des membres de la secte invitent l’artiste à une cérémonie où il doit conclure un pacte avec le diable, après quoi ils lui font décrocher un gros contrat au moyen du vaste réseau et des appuis financiers dont ils disposent.

Le damné n’en croit pas ses yeux : « Ça alors ! Ça marche vraiment, ce truc… J’ai versé un peu de sang dans une coupe un soir de pleine lune, puis j’ai fait l’amour avec cette vierge un peu jeune, quand même… Quel âge avait-elle, d’ailleurs ? »

Plus tard, « l’envoyé du diable » revient vers l’artiste :

« Dis donc, ça te dirait d’être encore plus riche et plus célèbre ? Tout ce que tu as à faire, c’est d’accomplir un autre rituel…

— Ah, bon ? Encore ! C’est quoi, cette fois-ci ?

— C’est un sortilège très puissant qui va faire de toi une star internationale… mais tu vas devoir passer une épreuve plus difficile que la dernière… »

De fil en aiguille, de débauche en viol rituel, notre damné richissime ne peut plus faire marche arrière… d’autant plus qu’avec tout l’argent qu’il a gagné, mais qu’il a dépensé en demeures princières, voitures de luxe, fêtes somptueuses autour de la piscine, coke et drogues diverses, si sa carrière entame une récession, avec toutes les impôts qu’il doit payer, c’est la descente aux enfers.

Sur Internet, il y a de nombreux articles sur ces célébrités qui se sont retrouvées ruinées et qui ont sombré dans la déchéance.

Que ne ferait-on pas pour retrouver la gloire et la fortune, quand on y a déjà goûté.

« Bon, écoute, je peux relancer ta carrière comme tu ne l’imagines même pas… mais ça va te demander un sacrifice… es-tu prêt à faire ce qu’il faut ?

— Un sacrifice ? Quel sacrifice ? »

Même si nous ne croyons pas au diable, comme disait le cascadeur Michael Smith dans Tiré des ténèbres, ces gens y croient.

Je pense que c’est une escroquerie sophistiquée qui a été rodée au fil des décennies et qui tourne aujourd’hui comme une horloge.

Le réseau d’influence implique graduellement l’artiste dupe dans des actes de plus en plus répréhensibles, en le récompensant à la hauteur de ses crimes.

Ces récompenses persuadent le « damné » qui a vendu son âme que le diable dirige l’équipe gagnante, tandis que Dieu, c’est pour les losers.

Une personne intelligente, abordée par l’envoyé de Lucifer et se voyant proposer ce type de marché, y réfléchirait à deux fois : « La gloire et la fortune… d’accord, mais bon Dieu ! cette histoire sent le soufre, et j’ai trop vu de ces films où le personnage vend son âme au diable, ça se termine toujours très mal pour lui. Alors, entre la galère et l’enfer, tout bien réfléchi, je préfère ramer. »

Certains, plus intelligents ou moins corrompus, comme Isaac Kappy, se réveillent, essayent de sortir du circuit, sombrent dans l’alcool et la drogue, se suicident, sont « suicidés » ou même assassinés comme John Lennon, ou dénoncés comme Michael Jackson.

Coïncidence curieuse, juste avant d’être « tué médiatiquement » ou assassiné d’une balle dans le dos, Michael Jackson et John Lennon s’apprêtaient tous deux à faire la même chose : ils avaient prévu de faire une tournée internationale contre la drogue.

J’ai quelque peu digressé, mais je voulais vous fournir assez de contexte pour que vous compreniez que ces gens, en tout cas la plupart, croient au diable, aux rituels, à la magie noire et à sa puissance effective, et qu’ils sont impliqués dans les symboles occultes et les rituels.

Je ne serais pas surpris que ce masque, barrière à la communication et symbole de soumission, ait été choisi comme rituel de secret, une sorte d’opération « magique » visant à étouffer symboliquement la révélation de tous ces crimes pédophiles et pédo-satanistes qui sont en train d’être dévoilés partout dans le monde.

Par chance, il existe une parade à cet ustensile diabolique, un rituel de désenvoûtement d’une grande efficacité : CRIER À TRAVERS LE MASQUE.

Si les commerçants ou les forces de l’ordre qui vous l’imposent vous demandent d’arrêter de crier, répondez-leur, EN CRIANT, que vous voulez faire entendre votre voix malgré le masque qui l’étouffe.

Vous pouvez aussi leur proposer un marché : J’ARRÊTE DE CRIER SI VOUS M’AUTORISEZ À ENLEVER LE MASQUE.

Et si vous ne croyez à rien de ce qui précède, criez quand même, ça défoule.

4 réponses sur « Quand le monde devient un rituel masqué »

C’est stressant de voir des gens masqués quand je sors dans la rue, mais le comble, c’est ceci :Je vais sur le site d’une femme médecin vasculaire et angiologue (spécialiste des artères, des veines et des canaux lymphatiques) pour voir une vidéo où elle explique un exercice à faire en temps d’enfermement (il faut bien appeler les choses par leur nom !) et elle porte un masque pour donner ses explications !!! Je ne savais pas qu’on pouvait être contaminé en regardant une vidéo…

J’aime

C’est stressant de voir des gens masqués quand je sors dans la rue, mais le comble, c’est ceci :Je vais sur le site d’une femme médecin vasculaire et angiologue (spécialiste des artères, des veines et des canaux lymphatiques) pour voir une vidéo où elle explique un exercice à faire en temps d’enfermement (il faut bien appeler les choses par leur nom !) et elle porte un masque pour donner ses explications !!! Je ne savais pas qu’on pouvait être contaminé en regardant une vidéo…

J’aime

Là, c'est clair, on est dans le gri-gri prophylactique.(Taichi Acropole, si cela vous convient, je me suis permis de reposter votre commentaire en mettant le nom de votre espace taichi & Qi Gong, mais cliquable. Si vous cliquez sur le nom « Taichi Acropole », vous atterrissez sur le site.Pour faire cela, dans la boîte de commentaire qui apparaît, vous mettez le nom que vous voulez voir apparaître sur la ligne supérieure NOM.Et votre adresse web dans la ligne du dessous intitulée URL, qui signifie Uniform Ressource Locator [Localisateur de Ressource Uniforme], terme barbare pour « adresse Internet ».)

J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s