Catégories
#Invasion

Pétition pour déclarer George Soros terroriste et saisir tous les biens de ses organisations

À l’heure où j’écris cette ligne, la pétition en ligne sur le site de la White House [Maison-Blanche] a recueilli 251 214 signatures.

Vous pouvez la signer ici :

Déclarez George Soros terroriste et saisissez tous les biens de ses organisations affiliées selon la loi RICO* et NDAA** 

[NdT : la page a disparu du site de la Maison-Blanche après les élections de novembre 2020]

Rédigé par E.B. le 20 août 2017

Tandis que George Soros a sciemment, continuellement, tenté de déstabiliser et d’attaquer les États-Unis et ses citoyens, qu’il a créé et fondé des douzaines (probablement des centaines) d’organisations séparées dont le seul but est d’appliquer les tactiques terroristes sur le modèle d’Alinsky pour favoriser l’effondrement des institutions et du gouvernement constitutionnel des États-Unis, et tandis qu’il a étendu une emprise malsaine et abusive sur l’entièreté du Parti démocrate et une grande partie du Gouvernement fédéral US, le DOJ [Department Of Justice] devrait immédiatement déclarer George Soros et toutes ses organisations et leur personnel comme étant des terroristes nationaux, et saisir l’ensemble de leurs richesses et biens, tant personnels qu’organisationnels, d’après la Loi Civile sur la Confiscation.

RICO : loi pour lutter contre la mafia américaine et le crime organisé.

NDAA : National Defense Authorization Act, Loi d’Autorisation de la Défense Nationale.

Les crimes que cette pétition reproche à George Soros concernent les États-Unis, mais il les commet aussi contre la France par le biais des mêmes organisations qui, tel un cancer métastasé, infectent l’Europe.

Si le Département de la Justice américaine lance des poursuites contre Soros et saisit les biens de ses organisations américaines, le terroriste perdra une portion considérable de son influence et il y a des chances pour que d’autres pays se joignent à la curée.

La chute de Soros infligera un coup fatal à la mondialisation qui détruit la France, son économie, ses racines, son histoire, sa culture.

Soros considère l’anéantissement des États-Unis comme l’œuvre de sa vie, mais la France ainsi que toutes les nations souveraines sont incluses dans ce plan.

Voici maintenant la traduction d’un article du Washington Times (Sauvegardé ici en PDF) :

George Soros a beau avoir 89 ans, il est toujours aussi déterminé à détruire les États-Unis

En tout cas, ça en a tout l’air.

Sinon, comment interpréter autrement ses paroles au forum économique de Davos en Suisse ?

Aussi, Soros finance les campagnes électorales américaines, critique de façon acerbe les déclarations de Donald Trump et le capitalisme, soutient activement des causes gauchistes et dirige la Fondation Open Society qui elle-même soutient de nombreuses causes gauchistes.

Durant les dernières années, Soros s’est efforcé de prendre le contrôle des institutions légales, en injectant de vastes capitaux en faveur des candidats au poste de procureur général, dans des circonscriptions juridiques clefs.

« George Soros effectue une réforme discrète du système judiciaire US », rapportait déjà Politico, en août 2016.

C’est encore le cas aujourd’hui.

« Le PAC [Political Action Committee] financé par Soros injecte près d’1 million de dollars pour faire élire des procureurs », rapportait The Washington Post, après que le Comité d’Action Politique Justice et Sécurité Publique eut versé de l’argent aux candidats de gauche des Comtés d’Arlington et Fairfax, en Virginie, dans la course au poste de procureur de chaque État.

En novembre, le New York Times rapportait les « manipulations publicitaires et les 800 000 dollars versés de Soros pour la course au poste de procureur général ».

« Le bureau du procureur est l’une des premières lignes de défense locale de la Constitution et de l’État de Droit*. Cela signifie que l’impact progressiste immédiat est énorme – et c’est un impact qui peut être obtenu sans les luttes politiques coûteuses, comme celles visant à obtenir un siège de sénateur ou une place à la Cour Suprême.

[* situation d’une société qui est soumise à des règles juridiques et garantit le respect de ces règles à tous les citoyens.]

En d’autres mots, acheter un poste de procureur est rentable. Souvent, ça se fait discrètement, sans que ceux qui pourraient s’y opposer le remarquent.

D’autre part, Soros est aussi très occupé à acheter les sièges du Congrès et les médias, ou alors, surtout ces derniers mois, il finance la course électorale pour le Congrès, mais il va jusqu’à soudoyer les électeurs eux-mêmes.

Democracy Alliance, une association à but non lucratif fondée en 2005 pour promouvoir une vision progressiste** en Amérique et fondée par de riches élites, a récemment changé sa stratégie de financer des groupes de réflexion au cœur de Washington, D.C., au profit de petits groupes, presque inconnus, dans diverses communautés. Pourquoi ?

[** libérale, socialiste, gauchiste.]

Appelons ça — une fois de plus – de l’influence cachée.

En 2018, le média Politico a décrit comment s’effectuait le processus : « Kevin Rodriguez, jeune chanteur en herbe de 19 ans, est vêtu d’un jean serré et d’un sweat Nike gris et blanc. Il n’avait jamais entendu parler du puissant groupe donateur Democracy Alliance, mais il est devenu un outil clef du milliardaire pour faire basculer l’opinion publique dans la Sun Belt***. La clique des donateurs compte George Soros et Tom Steyer parmi ses membres, et elle finance discrètement une poignée de groupes politiques tel que celui qui se sert du jeune Rodriguez, Living United for Change in Arizona [Unis pour le Changement en Arizona]. »

[*** , littéralement « Ceinture du Soleil », toute la région sud des États-Unis.]

Cette stratégie vise à renverser Donald Trump en toute discrétion, « en récupérant un électeur à la fois, tout en infiltrant rapidement les États du Sud », comme l’écrivait Politico.

Une stratégie qui passe inaperçue de l’ennemi, si bien qu’il ne peut la vaincre, et qui tire sa force de donations faites par des sources obscures, presque impossibles à repérer, donc difficiles à contrecarrer.

Passe encore que Soros déverse sa haine du président et son mépris pour une Amérique d’économie libre sur la place publique, comme il l’a fait à Davos, quand il traitait Trump « d’escroc dont le narcissisme s’est transformé en tumeur maligne » (source CNBC).

Mais cela devient inacceptable quand il utilise son influence pour saper sournoisement la polique et la culture américaines.

À Davos, il a annoncé qu’il injectait 1 milliard de dollars dans un nouveau réseau universitaire créé par l’Open Society, afin de fonder des écoles partout dans le monde. Ces écoles « éduqueront les élèves contre le nationalisme », rapportait le Financial Time.

En d’autres mots : il s’agit d’enseigner à la génération suivante que la souveraineté est mauvaise – enseigner à la jeunesse émergente comment devenir de bons citoyens du monde obéissants.

Soros a qualifié son projet « le plus important et le plus durable jamais conçu ». Ça pourrait bien l’être, car s’il réussit, cela signifierait l’effondrement des frontières, la mise place d’un gouvernement mondial et la fin de l’Amérique telle que nous la connaissons.

Si les enfants sont notre espoir pour le futur, il faut enseigner aux enfants d’Amérique la grandeur de leur pays – avant qu’il ne soit trop tard et que l’Amérique, en tant que nation souveraine, n’ait plus aucun futur du tout.

Par Cheryl K. Chumley, 25 janvier 2020

J’ai pu observer ces derniers mois que la haine envers Trump des élites politiques, médiatiques, artistiques, était proportionnelle à leur implication dans de sordides crimes pédophiles ou pédo-satanistes.

La raison étant que l’Administration Trump et les militaires de son entourage ont déclaré une guerre totale au trafic humain et plus particulièrement au trafic, à l’exploitation sexuelle et aux crimes sur les enfants.

Soros est aux ordres des élites de la très haute finance mondiale, dont certains sont des pédo-satanistes et pédo-cannibales notoires.

Imaginez le cauchemar et l’horreur que cela peut être, pour un petit enfant, de se retrouver entre les griffes de ces monstres.

Le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a prévenu Soros qu’il avait mis sa tête à prix.

Vladimir Poutine a lancé un mandat d’arrêt international contre George Soros.

Soros est aussi l’ennemi public N°1 du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

Les journalistes français, hypocrites et collabos dans l’âme, soutiennent le destructeur des nations, l’appellent « philanthrope », comme son comparse Bill Gates. Ils accusent les adversaires de Soros d’être « antisémites » ou d’extrême droite, alors que le monde idéal de Soros est une dictature nazie socialiste à côté de laquelle le IIIe Reich d’Hitler fait figure de paradis des libertés.

La souveraineté des nations et des peuples est la définition même de la démocratie. Seuls des fascistes voudraient s’y opposer.

La façon dont ces pseudo-philanthropes, Soros ou Gates, utilisent leur fortune pour piétiner la démocratie, les processus électoraux et les droits constitutionnels des citoyens est si évidente qu’on se demande comment des journalistes, soi-disant experts en politique ou en économie, peuvent être assez malhonnêtes pour fermer les yeux sur ces exactions et assez sournois pour camoufler ces trafics d’influence en torchonnant des articles sans âme.

Attendons que Ghislaine Maxwell, rabatteuse du trafiquant sexuel Epstein, ait dénoncé assez de noms pour qu’on apprenne qui est mouillé dans quoi, qui est tenu par quel chantage sordide parmi les PDG des groupes de presse européens.

Si vous allez sur Q  MAP Cases [Carte de Q, Procès – site supprimé], vous verrez qu’il y a encore 176 450 dossiers d’accusation scellés, 20 711 dossiers d’accusation descellés et 402 431 non scellés.

Sur la page Q  MAP Resignations [Carte de Q, Démissions – site supprimé], on peut voir que depuis septembre 2017, 12 275 PDG, à la tête de grandes sociétés dans le monde, ont donné leur démission.

On peut accélérer les choses en signant la pétition contre George Soros, en diffusant le lien par e-mail ou en le postant comme publication ou commentaire sur Facebook.

Une demi-journée après avoir commencé cet article, je jette un œil à la pétition : 251 632 signatures, 418 de plus.

Soros voulait détruire le monde…

Maintenant, le monde veut détruire Soros et le nombre de ses ennemis grandit de jour en jour.

5 réponses sur « Pétition pour déclarer George Soros terroriste et saisir tous les biens de ses organisations »

UNE ATTAQUE CONTRE SOROSMerci à tous ceux qui participent à la création de cette nouvelle réalité dans laquelle le Deep State s'effondre.Nous vivons dans un univers régi par les lois de la physique quantique.La loi d'intrication [entremêlement] quantique veut que les énergies, émotions, pensées des êtres qui se heurtent (impact) à un même objet, phénomène, se mettent à vibrer sur les mêmes fréquences et interagissent, comme sil elles étaient reliées par une sorte de wi-fi, ce qui amplifie le signal de départ. C'est aussi le sens de Where We Go One We Go All qui, vu sous cet angle quantique/énergétique, devient une sorte d'équation.

J’aime

Répondre à Anonyme Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s