Catégories
#Collaboration

Indochine, putain de stade : 30 secondes de bruit et 3 heures de silence

Indochine au Stade de France, un pot-pourri de messages

Beaucoup se sont interrogés sur les messages du groupe Indochine, diffusés sur un panneau circulaire du Stade de France, comme cette citation d’Alexandre Soljenitsyne, modifiée pour cibler Poutine.

« Nous savons qu’ils mentent, ils savent que nous savons qu’ils mentent, nous savons qu’ils savent que nous savons qu’ils mentent, et ils continuent à nous mentir. »

Le groupe donne l’explication sur son compte Twitter.

Maintenant, regardons, à travers quelques extraits de presse, où se situe ce groupe d’artistes entre résistance et collaboration…

D’abord, d’où vient ce nom, Indochine ?

Indochine : tout ce que vous ne saviez pas sur le groupe de Nicola Sirkis (NRJ)

« C’est grâce à Marguerite Duras dont j’étais un grand fan. Elle ressentait les mêmes choses que moi et a vécu en Indochine. Ses livres étaient sensuels, charnels, décadents, avec une puissance poétique. Ça nous correspondait bien au début du groupe en 1981… »

Concert-test d’Indochine : avec le masque, pas de risque de surinfection au Covid (Le Parisien)

Les résultats d’une étude portant sur le concert parisien du 29 mai à l’Accor Arena montrent que le port du masque et les gestes barrières suffisent à ne pas être contaminés lors d’un concert.

Porter son masque bien posé sur le nez et la bouche, bien se laver les mains avec du gel hydroalcoolique, et être testé négatif. Voilà les conditions pour assister à un concert sans risque d’être contaminé ou de contaminer un autre spectateur au Covid 19, selon les résultats d’une étude publiés ce samedi par la revue britannique The Lancet. Cette étude avait été menée par l’AP-HP, l’Inserm et l’Université de Paris lors d’un concert d’Indochine, le 29 mai dernier à l’Accor Arena à Paris.

Sur les 4451 « cobayes » qui ont assisté à ce concert debout et sans distanciation physique, seules huit personnes ont été testées positives. « Mais comme nous avions demandé aux gens de prélever leur salive le jour du concert, cinq d’entre elles étaient en fait déjà positives », explique à France Info le professeur Constance Delaugerre, qui a coordonné cette étude.

Ces spectateurs devaient réaliser un auto-prélèvement salivaire PCR 7 jours après le concert et seuls 8 d’entre eux ont été positifs. Dans le groupe « contrôle » de près de 2 000 participants qui ne sont pas entrés dans la salle, mais qui ont été soumis au même protocole, 3 ont été positifs 7 jours plus tard.

« Les tzars » : Indochine raconte l’histoire de son tube politique (Purebreak charts)

« Le clip est incroyable et la chanson était sur les abus de pouvoirs (…) Personne ne citait Che Guevara à l’époque, ça venait de slogans que j’avais entendus dans des manifestations quand j’avais 15 ans et qu’on manifestait. C’était un emballage assez ésotérique », ajoute Nicola Sirkis. Selon lui, et au vu de la situation actuelle, « Les Tzars » est d’ailleurs toujours d’actualité : « Les gens qui ont un abus de pouvoir s’en servent, que ce soit pour harceler ou diriger. On voit ce qui se passe avec les trois pieds nickelés Boris Johnson, Trump ou Bolsonaro. C’est un abus de pouvoir pour se rendre compte qu’ils vont faire plus de mal que n’importe qui. »

« 3e sexe » : Indochine raconte l’histoire de son tube engagé (Purebreak charts)

Une fille au masculin, un garçon au féminin… 35 ans après sa sortie, 3e sexe reste une chanson toujours d’actualité en raison de son évocation de la question du genre, de plus en plus au cœur de notre société. C’est d’ailleurs avec Christine and the Queens que le groupe a enregistré une nouvelle version de son tube, baptisée « 3SEX ». Au micro de Pure Charts, Nicola Sirkis se souvient de la naissance de cette chanson, suite à un choc face à la culture anglaise des années 80 : « J’étais à Londres, et je voyais de plus en plus toute cette vague de groupes comme The Cure, Depeche Mode ou Japan qui étaient très maquillés. Je trouvais ça joli, ce côté un peu théâtre japonais. Les mecs et les nanas se ressemblaient totalement, ils étaient totalement lookés avec le même maquillage et je trouvais que cette génération était très belle. »

Indochine interviewé en 2018 par Ouest France, La voix d’Indochine tremble pour la démocratie :

Que vous inspire le conflit des Gilets jaunes ?

Que dire… Sur le fond oui, sur la forme non. Nous sommes face à des gens désespérés. Mais aussi des gens envieux qui en veulent aux plus riches qu’eux. Cela fait penser aux « jacqueries ». À l’époque de la monarchie, le peuple en voulait aux rois de détenir tout l’argent. Aujourd’hui, on entend un discours qui exprime un mal-être profond, mais aussi des discours qui ne vont pas faire avancer les choses. J’ai entendu une dame dire : « Macron a une piscine, j’en veux une aussi… »

Cet état d’esprit vous inquiète ?

Oui, car j’ai le sentiment que nous sommes dans une période insurrectionnelle. Pourtant, il ne faut pas oublier que nous vivons dans un pays où l’État assure beaucoup de services. Il y a des hôpitaux, des pompiers, des policiers, tout cela coûte cher et il faut bien le payer. Et puis, voir l’extrême droite récupérer cette colère pour en tirer parti politiquement, c’est navrant et cela décrédibilise le mouvement. La colère sincère se mue parfois en gestes violents vraiment flippants. À quoi ça sert de cracher sur un type parce qu’il roule en Mercedes.

C’est la démocratie qui en sort affaiblie ?

Il faut en respecter les principes et notamment le suffrage universel. On ne peut pas dire : je n’irai pas voter et après contester le résultat d’un vote légal de citoyens qui sont allés aux urnes. On ne mesure plus assez la chance que nous avons de vivre dans un pays comme le nôtre. Dans d’autres nations beaucoup moins plaisantes, ce genre de mouvements serait réprimé beaucoup plus durement.

Indochine électrise l’AccorHotels Arena avec un show surpuissant et se paie Trump

Le show est beaucoup plus engagé et politique qu’au début de la tournée. Avant de débuter Kimono dans l’ambulance (illustré par un clip glaçant), Nicola Sirkis rend hommage aux victimes des attentats du 13-Novembre à Paris (« Nous ne les oublierons jamais »), ainsi qu’à celles de Bruxelles et de Londres. Puis, quelques minutes plus tard, il demande aux personnes présentes (15.000 peut-être) de faire un gros doigt d’honneur à Donald Trump lorsque celui-ci apparaît à l’écran.

Indochine, engagé ?

Mais engagé dans quoi, au juste ?

Politique ?

De quel bord ?

Dans ce concert d’Indochine au Stade de France, les instruments, le chant et les chœurs sonnent aussi faux que cette soi-disant féminité démentie par des voix braillardes bien viriles.

Les messages qui se veulent « subversifs » sont si peu explicites qu’on peut les interpréter comme on veut ou les oublier tant ils sont insipides, bâclés, sans âme.

Par contre, pas un mot sur les années de dictature sanitaire et violations inacceptables des libertés, les violences policières, mutilations et meurtres des manifestants, les aînés que le gouvernement et les autorités sanitaires ont laissé mourir en EHPAD.

Pas un mot, non plus, sur les effets indésirables et les centaines de milliers de « vaccinés » morts ou handicapés à vie, tandis que les élus, les autorités médicales et médias complices continuent d’étouffer ce scandale.

Pêle-mêle avec les Ukrainiens, les éboueurs et les policiers, les soignants « suspendus » n’auront reçu, en guise de soutien de la part de ces « rockollabos », que 30 secondes de bruit.

Quant aux jeunes et étudiants suicidés, artisans en faillite, commerçants ruinés, chômeurs à la rue, aînés délaissés, « vaccinés » empoisonnés et toutes les victimes de la dictature macroniste, ils n’auront eu droit qu’à un silence assourdissant au milieu de cette cacophonie mal jouée, assaisonnée de messages à peine plus clairs que les paroles de leurs chansons.

3 réponses sur « Indochine, putain de stade : 30 secondes de bruit et 3 heures de silence »

En fait c’était pour l’Ukraine la citation,  » mais il continue à mentir » sans ‘s’. Indochine fait référence à Poutine et la citation est suivie par un drapeau ukrainien…

Aimé par 1 personne

Au début en voyant le message du groupe Indochine, je me suis dit, enfin un groupe de résistants… j’ai compris par la suite que c’était une mascarade, ce groupe fait partie du système. Il y avait aussi des symboles maçonniques et réptiliens sur l’éccran. Leurs fans n’ont pas compris qu’ils seront également les victimes de ce chaos voulu par la cabale.

Aimé par 1 personne

Répondre à Clark Kent Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s