Catégories
#Covillusion

Des médecins américains se rebellent contre la paranoïa covid-19

(Cliquez sur l’image pour voir la vidéo)

Voici le sens courant du mot science dans le dictionnaire Le Petit Robert :

(1559) Corps de connaissances ayant un objet déterminé et reconnu, et une méthode propre ; domaine organisé du savoir et fondées sur des relations objectives vérifiables.

Traduction : du savoir applicable dans un domaine précis et qui se vérifie dans la pratique.

La science qui étudie les sciences, et détermine si ce sont oui ou non des sciences exactes, s’appelle l’épistémologie.

Du point de vue de l’épistémologie, la médecine n’est pas une science, mais un ART.

Le bourrage de crâne publicitaire et médiatique visant à faire vendre un maximum de médicaments, vaccins et produits pharmaceutiques a fait oublier cette définition de la médecine au fil des décennies.

L’article Pharmarketing explique avec des arguments scientifiques, rationnels, statistiques et extraits de définitions encyclopédiques à l’appui, que cette « pandémie » est une fraude au diagnostic qui regroupe les affections respiratoires habituelles, rhume, grippe, angine, pneumonie, détresse respiratoire d’origine cardiaque, pleurésie, ainsi que des maladies comme les cancers, leucémies, septicémies et toutes sortes de maladies courantes, sous l’étiquette fallacieuse « COVID-19 ».

Pour créer cette illusion de pandémie, l’OMS, en collusion avec le CDC et les médias, tous corrompus et achetés par l’archi-milliardaire Bill Gates, ont distribué des primes pour les cas déclarés COVID-19, falsifié les chiffres, mis en circulation des tests dépourvus de fiabilité, préconisé l’usage des masques et respirateurs dans des cas inappropriés, si bien que le « remède » s’avérait souvent pire que le mal.

Tout cela amplifié par une hystérie de masse qui a contribué à hypnotiser le grand public, mais aussi le personnel médical qui en a oublié sa méthodologie et ses pratiques classiques : puisqu’il s’agissait d’une « nouvelle maladie », différente.

Symptomatique de cette dérive, la chloroquine qui, bien qu’ayant été utilisée depuis des lustres avec succès sur ce type d’affections, devenait tout à coup hérétique.

Bien sûr, vous trouverez des gens pour clamer « Nan ! nan ! nan ! ma belle-sœur est morte du COVID-19 et c’est la chloroquine qui l’a tuée, gnagnagna ! »

Parce que contrairement à la croyance courante, la médecine n’est PAS une science.

Une vraie science, au sens strict, produit des résultats invariables dans des conditions d’expérience égale.

Les médecins honnêtes le savent : un coup, ça marche bien, une autre fois, ça marche un peu, puis ça cesse de fonctionner, et des fois, le même traitement qui a produit une guérison miraculeuse sur un patient et fonctionne sur un pourcentage de cas va s’avérer inefficace sur d’autres, voire provoquer des effets secondaires néfastes.

Regardez le cancer dont les statistiques de guérison sont fausses, car le corps médical se garde bien de dire que la majorité de ces « guérisons » sont des rémissions, guérisons momentanées, et que ces coûteux traitements, dans bien des cas, ne font que reculer pour mieux sauter.

Il y a quelques mois, je discutais avec un médecin cancérologue qui me vantait la valeur des traitements qu’il utilisait contre le cancer et de ses succès avec cette maladie… quand j’ai prononcé le mot « rémission », il m’a lancé un regard désemparé, presque rancunier, puis il a changé de sujet. Tout son enthousiasme l’avait déserté.

Qu’est-ce qu’une science ?

Exemple : la physique, l’étude et l’application des lois naturelles qui régissent les comportements de la matière inerte, non organique, non vivante, et de l’énergie qui est de la matière en mouvement.

L’électricité que vous utilisez chez vous se comporte d’après cette science rigoureuse.

Quand vous appuyez sur un interrupteur électrique, ça s’allume toujours, une fois, dix fois, cent fois, mille fois, cent mille fois. Et si ça ne s’allume plus, vous appliquez le bon remède, vous changez l’ampoule ou le fusible, et ça s’allume à nouveau, de façon invariable.

C’est  scientifique.

Rappelez-vous un moment où vous aviez mal quelque part, où vous étiez malade et où le remède n’a pas fonctionné.

Mieux, pensez à un trouble physique récurrent que vous avez et qu’aucun médicament ne réussit à guérir.

Posez ces deux questions dans votre entourage, les cas d’échecs de la médecine se comptent par milliers, millions, centaines de millions…

La branche « électricité » de la physique serait-elle une science si, lorsque vous appuyiez sur l’interrupteur électrique, un coup, ça s’allumait, un autre coup, ça ne s’allumait qu’à moitié avec une faible lueur, une autre fois, la lumière était bleue, puis rouge, une autre fois l’ampoule prenait feu ?

C’est ÇA, la médecine, pas une science, mais un art.

Un art est aléatoire, capricieux, hasardeux, jamais fiable à 100 %.

À l’inverse d’une science.

Voilà pourquoi vous trouverez des médecins ou du personnel soignant qui, quelle que soit la pathologie, auront un avis et d’autres qui vous diront le contraire.

On l’entend souvent autour de nous :

« Mon médecin m’a dit que j’ai la rate qui se dilate, il préconise que je me fasse opérer. Il m’a recommandé un éminent chirurgien dans lequel il a toute confiance…

— Ah, bon ? Tu devrais consulter un autre spécialiste, il aura peut-être un avis différent. »

Le drame du « COVID-19 », c’est ce flou artistique de la médecine, cette faille dans la rigueur scientifique, que dis-je ? ce gouffre, qui est utilisé par un escroc richissime dans le but d’accroître sa fortune indécente, en achetant la complicité de gouvernements et médias tout aussi malhonnêtes que lui.

Allez, répétez encore une fois, juste pour le plaisir, vous allez voir comme ça fait du bien : la médecine n’est pas une science, c’est un art.

Et si quelqu’un s’accroche encore à l’idée que que tout ça, c’est du délire de complotiste, faites-lui regarder cette vidéo où le député italien Vittorio Sgarbi dénonce les statistiques falsifiées dans son pays, après que l’Italie a été rapportée par les médias du monde entier comme une zones sinistrée par le COVID-19.

(Cliques sur l’image pour voir la vidéo)

Une réponse sur « Des médecins américains se rebellent contre la paranoïa covid-19 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s