Catégories
#Sexploitation

Après le Pizzagate, le Billgate

Depuis le scandale du Watergate, chaque nouveau scandale américain célèbre voit son nom affublé du suffixe -gate.

Le 13 mars 2020, j’avais publié un article (Qompte à rebours) prédisant que le 13 avril 2020, soit un mois plus tard, il se passerait un évènement majeur.

Je ne me souviens plus de la source qui avait donné ce moment comme capital : un post de Q, un discours de Trump ou les deux.

J’avais juste retenu la date et fait un court article avec un tableau Excel montrant le décompte jour après jour.

Je ne savais pas quel évènement devait se produire, si ce n’est qu’il équivaudrait à une « sortie du tunnel ».

Chaque soir aux environs de minuit, je mettais le compteur à jour.

Plus tard, après que Q nous a mis en garde contre ces prédictions, je m’étais résigné à ce que ce soit un flop complet et me préparais à assumer le ridicule d’avoir annoncé comme importante une date où il ne se passerait rien.

Quand vint le 13 avril, je n’ai pas fait attention à l’actualité, j’étais trop occupé à éditer une vidéo sur la supercherie du coronavirus, un travail auquel je me consacrais jour et nuit.

Ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai réalisé que l’ex-banquier des Rothschild avait annoncé la fin prochaine du déconfinement… et cette annoncé a été faite le 13 avril 2020.

(Cliquez pour agrandir)

J’ai aussi vu que la fin de cette incarcération mondiale était annoncée dans d’autres pays.

Certes, comme notre gouvernement l’a dit juste après cette annonce, ce déconfinement se fera progressivement et ne signifie pas la fin définitive de la « pandémie ».

Ça me paraît logique, s’ils bouclaient tout ce cirque ridicule en une semaine, même les plus endormis se poseraient des questions.

Mais cette date devient significative, si on considère le programme de santé mondiale…

1. déclaration d’une pandémie ;

2. emprisonnement à domicile de la population ;

3. vaccination obligatoire ;

4. puce d’identification par radiofréquence obligatoire [dite puce RFID], faisant office de « certificat de vaccination ».

J’en déduis que le 13 avril 2020, la bouche de Sauron voix présidentielle nous a annoncé que ce plan était…

– abandonné ?

– reporté ?

– torpillé par la chloroquine ?

– trop risqué à cause de l’impopularité croissante de Bill Gates ?

J’ai surfé sur le thème Bill Gates, ces derniers jours, pour illustrer ma vidéo, et diable ! nous assistons à une pandémie de vidéos dénonçant les crimes de Bill Gates.

Entre son plan de vaccination obligatoire, ses puces électroniques pour nous marquer comme du bétail, sa généreuse participation à la destruction de l’économie africaine (le plan vaccination prévoyait aussi d’utiliser les Africains comme cobayes), son partenariat avec la firme agroalimentaire Monsanto (le diable recyclé dans l’agriculture OGM, les pesticides et la malbouffe), récemment racheté par Bayer (pharmacie, tiens ! tiens ! et agrochimie), Billou le vaccinateur fou est devenu l’ennemi public N°1 des enquêteurs indépendants et lanceurs d’alerte.

Monsieur deuxième-fortune-mondiale (comme si les multimilliardaires divulguaient leurs relevés de compte), ce grand philmisanthrope devant l’éternel est de plus en plus détesté à mesure qu’il s’acharne à « sauver le monde ».

Pourquoi, misanthrope ?

Parce que malgré les protestations des naïfs qui traduisent ses propos effrayants en Bisounoursais, si vous regardez ses vidéos sur le Climat, BillGate n’a cessé de mettre en garde contre la surpopulation et le réchauffement climatique, tout en faisant des « lapsus » bizarres associant vaccins et réduction de la population mondiale.

Du coup, quand Kill Bill se pointe avec ses seringues, ses fioles de mixture empoisonnée à l’aluminium et ses puces électroniques pour nous pister comme des chiens égarés, il y a comme une vilaine odeur qui le précède, entre le ziklon B et le four crématoire.

D’ailleurs, mes enquêtes m’ont révélé que notre généreux killanthrope était responsable de catastrophes sanitaires, en Afrique et en Inde, où des enfants furent victimes par milliers, notamment estropiés par ses vaccins contre la polio.

Par conséquent, en vertu des pouvoirs qui me sont conférés dont celui de la liberté d’expression, je déclare le 13 avril 2020… Journée mondiale du début de la fin de la Catastrophe.

Au fait, saviez-vous que Bill Gates fut ami de Jeffrey Epstein, le milliardaire pédophile qui organisait des orgies avec des mineures et des enfants dans son jet privé, le Lolita Express, et sur son île tout aussi privée ?

(Cliquez pour agrandir)

Jeffrey Epstein, le trafiquant sexuel, est juste à gauche de Bill « la seringue » Gates, sur la photo.

Que voyez-vous, une réunion d’affaires impersonnelle ou une bande de potes ?

2 réponses sur « Après le Pizzagate, le Billgate »

Super article, merci !Effectivement, Bill Gates se fait pourrir sur tous ces comptes sur les médias sociaux…Pour les anglophones : https://twitter.com/RealCandaceO/status/1250510737505689604https://www.instagram.com/p/B-moNMAAK49/?igshid=mw3ghiv5vac1Concernant son amitié avec Jeffrey, il y a trace de son nom sur les fichiers du Lolita Express. Bill est donc bien allé sur Pedo Island, la fameuse île de Jeffrey.Pour terminer, un des employés de Bill a été arrêté avec de nombreuses images pédophiles. Mais je crois qu'il y a un micmac sur le sujet entre Bill et l'employé…Je n'ai pas les sources sous la main mais les personnes intéressées peuvent faire des recherches sur le sujet.En tout cas, il y a du dossier et ça s'accumule. Bill Gates est enfin révélé au grand jour pour qui il est vraiment. Sa retraite risque d'être confinée à lui aussi…

J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s