Catégories
#Trump

Donald Freedom Trump

Les actions bénéfiques énumérées sur ce mème paraissent si évidentes qu’on pourrait croire qu’une personne dotée d’un minimum d’intelligence ne pourrait que reconnaître la vérité…

À savoir que Donald Trump est le président américain qui a plus œuvré pour la démocratie que tous les présidents démocrates réunis, à commencer par Obama, Clinton et Bush.

Devant le refus hargneux des anti-Trump de reconnaître ce qui crève les yeux, on en viendrait à penser que le monde est rempli de crétins.

C’est vrai pour certains, mais pour une part non négligeable de ces moutons qui hurlent avec les loups, il s’agit surtout d’un problème de vérité.

C’est assez horrible d’accepter l’idée que beaucoup de nos proches, « amis », collègues, voisins… sont en fait, à un degré plus ou moindre, des hypocrites.

Que cela nous plaise ou non, ces gens mentent aux autres comme ils se mentent à eux-mêmes.

En leur for intérieur, ils savent intuitivement ce qui est vrai ou pas, mais cette intuition est étouffée parce qu’à un moment donné de leur vie, ils ont décidé qu’ils n’avaient pas envie de savoir certaines choses. De fil en aiguille, cela les a conduits à empiler les faux-fuyants, lesquels les amenaient à se trahir eux-mêmes tout en trahissant les autres.

Ces gens, si vous observez leur vie et leur comportement vis-à-vis d’autrui, ne sont pas uniquement « démocrates », « anti-Trump », « de gauche » (plutôt des nazis qui s’ignorent) ou « mondialistes »… ça, ce n’est que la pointe de l’iceberg. Ils sont aussi une plaie pour leur entourage sur le plan relationnel ou professionnel.

Vous aurez du mal à le voir parce que leur penchant pour la duplicité rend leurs actes difficiles à déceler. Ils opèrent avec une stratégie de « coups bas » derrière une apparence de fausse bienveillance. Comme par hasard, leur générosité ou « gentillesse » ne se reflète pas dans l’état mental ou physique de leurs proches, lesquels ont tendance à aller mal plus souvent qu’à leur tour, pour des raisons « mystérieuses » : malchance, tuiles diverses, échecs à répétition, maladies « inexplicables », etc.

Il est difficile et même dangereux de vivre dans l’entourage de gens qui n’ont aucun respect pour la vérité ou qui recourent à toutes les justifications possibles, juste pour valider le fait qu’en dépit d’évidences contraires, ils ont raison.

Pourquoi dangereux ? Parce que cela génère un stress important. Ce stress que la plupart des médecins s’accordent à rendre responsable des maladies et des erreurs, avec leur cortège d’accidents et d’échecs.

La vérité est vitale pour conduire ses activités et gérer les relations humaines.

Nous avons tous désespérément besoin de vérité, car elle est l’ingrédient essentiel pour résoudre les problèmes qui sont une entrave à l’épanouissement et au bien-être.

Cette planète étouffe sous les problèmes environnementaux insolubles à cause de mensonges qui empêchent leur résolution.

Par exemple, nous avons appris que 1 % de la population possède 99 % des richesses.

Au lieu de mettre ces richesses au service d’une vie orientée vers des valeurs non matérielles, spirituelles, ce qui réduirait considérablement la surconsommation, le gaspillage et la pollution, l’ex-fondateur de Microsoft n’a rien trouvé de mieux pour résoudre la surpopulation que de réduire le monde en esclavage, avant d’opérer un traitement qui, si j’en crois les résultats de ses « généreuses » campagnes de vaccination en Afrique et en Inde, infligera à l’humanité la pire hécatombe de l’histoire.

C’est à cause de Microsoft et de sa surenchère logicielle constante que je me suis retrouvé avec 3 ordinateurs bons pour la casse. En début d’année, j’ai été obligé d’en racheter 3 neufs fonctionnant sous Windows 10, puisque Windows 7 n’assurait plus les mises à jour de sécurité.

Vous parlez d’un environnement « durable » !

Ça ne vous a pas interpellé que Microsoft ait déclaré que Windows 10 « serait le dernier système d’exploitation » ?

Alors que cela faisait des décennies qu’ils sortaient systématiquement un nouvel OS [Operating System] à intervalles réguliers, pourquoi ce changement radical et définitif ?

Et si c’était le dernier Windows parce que vous n’étiez plus censés être là pour en acheter d’autres, après avoir été surveillés électroniquement et piqués.

Le cynisme de ces gens est sans limites.

Il y a là une grande injustice. Toutes ces élites fortunées, obsédées par l’écologie et le climat, considèrent la classe moyenne comme des parasites destructeurs d’environnement, mais c’est sur le dos de cette même classe moyenne qu’elles ont bâti leur fortune.

Mensonges, mensonges, mensonges.

Ces gens nous mentent, financent des médias menteurs qui orchestrent des campagnes électorales mensongères pour placer à la tête de nos pays d’autres menteurs, et ceux qui votent pour eux ou les soutiennent ne peuvent être eux-mêmes que des menteurs, d’une façon ou d’une autre. Ne serait-ce que parce qu’ils se mentent à eux-mêmes.

Au-delà des idées politiques ou des informations et par-delà toute logique, les menteurs se reconnaissent et s’apprécient. Ils éprouvent une attirance mutuelle entre faux jetons.

La première fois que j’ai entendu parler de Trump, c’était par l’un de mes clients. Je n’ai pas la télé ni la radio et, à l’époque, je ne lisais pas la presse, mais instantanément, j’ai ressenti un courant de sympathie pour cet homme.

Je n’ai pas eu besoin de réfléchir, c’était spontané.

Avec le recul, si je devais analyser, je dirais que son caractère bourru, « brut de décoffrage », provocateur, exhalait une aura de sincérité, de vérité, d’humanité.

Il m’aura fallu attendre 3 ans pour obtenir les preuves que mon sixième sens ne m’avait pas trompé.

Une réponse sur « Donald Freedom Trump »

Katha Pollitt est une essayiste et chroniqueuse démocrate qui publie des articles dans le journal The Nation.Dans l'affaire d'accusation de viol de Tara Reade contre le candidat à la présidence démocrate Joe Biden, elle a affirmé que même si ces accusations étaient crédibles, il fallait que les gens soutiennent Biden pour sortir le catastrophique Trump de la Maison-Blanche.Elle a ajouté : Je voterais pour Joe Biden même s'il faisait bouillir des bébés et les mangeait.Ilan Omar, représentante démocrate au Congrès américain pour la Minnesota, a affirmé qu'elle croyait que Tara Reade avait bien été victime d'agression sexuelle par le candidat Joe Biden, en 1993, quand elle faisait partie de son staff au Sénat, mais qu'elle projetait néanmoins de voter pour lui.

J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s